2001

Mettez du poil dans l’engrenage

Intervention publique lors du Sommet des Amériques (Québec)

Comme il fallait s’y attendre, une forte grogne citoyenne s’exprima pendant les trois jours de la tenue du 3e Sommet des Amériques. Mais le climat fut plus atterrant que prévu, et la répression plus forte. Il fut désolant de voir barricadées et défigurées les rues du Vieux-Québec. Tant de présence policière derrière la clôture, tant de gaz lacrymogènes dirigés vers des citoyenNEs manifestant pourtant légitimement.

Mon action Mettez du poil dans l’engrenage a été réalisée peu de temps après l’intervention Québec, la ville de la clôture. Je me suis promenée avec le même costume que celui porté à Paris pendant toute la durée des manifestations, marchant avec la foule un peu partout à Québec, dans le tumulte et aussi la solidarité, et distribuant des cartons «Mettez du poil dans l’engrenage». J’étais accompagnée de Paul Grégoire qui déversait son indignation dans un saxophone furieux.

Au cours de ces trois jours de manifestations, il y eut plusieurs autres interventions artistiques de la part de manifestantEs (théâtre, costumes, objets, actions…). Cette créativité s’inscrivait dans la mouvance des mouvements altermondialistes s’opposant à une libéralisation à outrance, et particulièrement depuis les événements marquants de Seattle en 1999, à l’occasion d’un sommet de l’Organisation mondiale du commerce. Il était alors dans l’air du temps d’adopter des moyens créatifs qui apportaient du ludique, et une façon de mettre un certain baume sur l’exaspération. Pour également ne pas tomber dans les mêmes jeux de pouvoir, mais surprendre en répliquant avec des moyens différents. Manifester, oui, pour témoigner notre opposition, mais le faire en gardant un certain pouvoir sur nos vies, sur nos rêves.