1999

Mystère au MIle-End

Intervention dans le cadre de l’exposition collective Tête ou bitch, bibliothèque de la Maison de la culture du Mile-End (Montréal); commissaires: Alain Mongeau et Claude Robert

Les commissaires de Tête ou bitch avaient invité 30 artistes à explorer, à leur façon, le thème du jeu. Étant donné que cette présentation avait lieu dans le quartier montréalais du Mile-End, et à ma manière habituelle de procéder, j’ai créé une fiction prenant sa source dans l’histoire locale et qui, compte tenu de la thématique proposée, constituait en une énigme à résoudre avec quatre dénouements possibles. Le public devait décider lequel lui semblait le plus probable.

Le texte de fiction accompagnant Mystère au Mile-End me permettait de traiter divers enjeux liés au développement socio-économique du quartier à l’époque des années 1880 et, par extension, de la ville et du territoire québécois. Je n’ai pu m’empêcher d’ajouter une tournure fantastique au quatrième dénouement proposé, qui impliquait la figure symbolique du loup!

Sous la forme d’une sculpture vivante verticale autour de laquelle circulait le public, Mystère au Mile-End représentait la résidence d’Irma Dupré, le personnage principal de la fiction. Elle amalgamait des éléments familiers (tissu rouge évidemment, tissu vert, fourrure, miroir, petit fanal, branches) à d’autres antiques, tels que chandelier, cadres et table, ainsi que de vieilles planches de bois afin de recréer l’ambiance 19e siècle dans laquelle se situait le récit. Des indices disséminés dans le dispositif, sous forme de «fausses vieilles» photographies et d’un texte à l’écriture manuscrite, permettait au public de se faire une idée de la conclusion plausible de l’intrigue.

Le récit de Mystère au MIle-End était lisible sur un panneau placé à côté de l’«oeuvre à indices». Le public pouvait indiquer son choix au moyen de l’un ou l’autre carton coloré mis à sa disposition, chacun étant associé à l’une des solutions.

Un jeu pour aborder des enjeux de développement socio-économique